COCKPIT – Alpinism (2015)

COCKPIT – Alpinism (2015)

J’ai été au lycée avec le guitariste de ce groupe en première et en terminale. On n’était pas très proches, donc je l’ai vite perdu de vue, dès le bac passé. Les seuls trucs dont je me rappelle, c’est qu’il était pote avec un mec qui s’appelait Léo et qu’il lui est arrivé de lire Sur la Route de Kerouac. Pas grand-chose quoi. Cela dit, quand je m’en suis rendu compte, ça m’a fait bizarre pendant deux secondes. Avant que leur grunrage n’assourdisse la cave de bientôt feu l’Heretic, il y a deux semaines de ça.

Oui, « grunrage ». Une étiquette inventée comme une blague, bâtardise sémantique expressément créée pour signifier ce mélange de guitares pleines et agressives, grunge, avec une rapidité propre au garage-rock. Cette sensation de jongler sous speed avec des tronçonneuses en marche.

Cockpit (un nom trouvé précipitamment juste avant leur premier concert) la rejoue comme dans les années 90, grunge, noise et indie-rock ; un précipité de boucan pop et furibard. C’est d’ailleurs Arthur de JC Satàn qui les a enregistré, histoire d’officialiser le parrainage, même si la musique de Cockpit obéit davantage aux canons sommaires du punk que celle de leurs collègues girondins, plus heavy, et dont, dernièrement, la ballade « Waiting For You » renvoie à des nuances adoucies.

J’adore la pochette de l’album, ce dessin représentant Stephen Hawkins sur une chaise électrique avec un pull tie-and-dye, flottant dans un vortex rougeoyant. Quant au CD, son visuel fait du Michael Jackson époque Thriller triomphale, un crackhead, une goule, un Michael Jackson circa 2009. A croire que Cockpit sont aussi bons pour la blague qu’aux commandes de leur aréopage sonique.

Sorti conjointement chez les Bordelais d’Adrenalin Fix et les Rochelais de Barbarella (attelage auquel s’est joint Bordeaux Rock pour la version CD), Cockpit ravira en tout cas tous ceux qui cherchent une alternative aux quatorze projets à la minute de Ty Segall, ou aux compilations venant butiner le cadavre de Jay Reatard, pour occuper leurs platines gloutonnes en galettes adrénalinisées. Noël approche – je dis ça, je ne dis rien (mais je le dis quand même) …

P.S. : Tant que je vous tiens, cliquez sur ce lien (ici, oui, ce truc écrit en bleu et souligné) si vous êtes sur la région bordelaise mi-janvier prochain ; J.C. Satàn et Cockpit sur la même scène, ça pourrait vous intéresser[1].

_____________

[1] Message pas du tout subliminal : allez-y.
Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s