POINTE DU LAC – Ça ressemble à de la crème aux œufs (2014)

POINTE DU LAC – Ça ressemble à de la crème aux œufs (2014)

Dans le grand foutoir de leur discographie, il se trouve que Sonic Youth a enregistré un titre nommé « Créme Brûlèe ». Au-delà du caractère incongru de cet intitulé français et de l’évidente erreur de cuisson orthographique, ce dessert pioché dans la tambouille de Dirty ne donne pas de quoi se resservir de la cassonade. On finit sa part mais sans plus.

Il n’en est pas de même pour les petits pots de Pointe du Lac. Sous ce nom digne d’un stylo-plume ou d’un cousin de Lancelot (alors qu’il s’agit en fait d’une station de la ligne 8 du métro francilien), Julien Lheuillier, prof de musique à Créteil dans la vie civile, a sorti dans l’indifférence générale son premier album. Un insuccès même pas notoire, mais général : pas de label, peu de presse, encore moins de ventes.

J’aurais dû commencer par là. Ce garçon n’est signé sur aucun label. Une chose qui parait incroyable vu la belle tenue de son album homonyme, acquérable sur Bandcamp – et seulement là – pour un tarif inférieur à celui d’une Kro dans un troquet quelconque. Remarquez, dans un pays où on choisit David Guetta pour représenter les trois dernières décennies techno en France (ah, les Victoires de la Musique …), je ne sais s’il faut s’étonner de ce genre d’incohérences.

À la marge des Fnac ou du vingt-cinquième retour du vinyle, Pointe du Lac mitonne sur ce morceau au titre incongru un krautrock dont les paroles répétées et gorgées de reverb ne suffiront certes pas à lui attribuer trois étoiles au Michelin, mais qui met en appétit. On visualise Can faisant un bœuf motorik à côté de la Laitière de Vermeer récupérée par les publicitaires, un bout de Düsseldorf parachuté dans le Val-de-Marne, Conny Plank en vadrouille au rayon frais de Créteil Soleil. Dans le prolongement chimérique des lignes RATP, ces juxtapositions insolites deviennent aussi évidentes que la couleur du ciel et on opine du chef à chaque inflexion du voyage.

De la kosmiche musik française délayée dans du lait, de la farine, des œufs et de l’extrait de vanille qui traine au fond du placard ? Oui, l’odeur fait saliver, bien plus que toutes ces émissions de cuisine (genre, le Meilleur MasterTopChef …) où faire à manger ressemble à une opération à cœur ouvert. Sur les bords du lac, ne mégotez pas sur le coup de cuillère, l’indigestion n’est pas à craindre. Au contraire, vous en reprendrez sûrement. A table !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s