SOKO – Who Wears the Pants ?? (2015)

C’était avant-hier, et vous n’avez pas besoin de moi pour le savoir. Une tragique partie de « Où est Charlie ? » a fait, dans les locaux d’une gazette satirique dont la causticité était l’oriflamme, douze morts. A peine les huitres glaireuses digérées, une bourriche de cadavres sont venus s’amonceler à nos pieds. Parmi eux, quatre dessinateurs reconnus, appréciés : Cabu, Charb, Tignous, Wolinski[1]. Je n’étais pas un lecteur acharné de Charlie Hebdo mais, quoi qu’on pense de ce canard, la tristesse est infinie. Malgré tout, parce que 2015 saura – et doit – être autre chose qu’un charnier à crayonneurs, qu’une aire de déchirements haineux, on va continuer à parler de pop-music, de morceaux renversants, saisissants, insolents, beaux. Parce qu’il faut tenter de vivre et que la vie ne se conçoit pas sans musique, n’est-ce pas ?

Et voilà-t’y-pas justement que, la veille de ce 7 janvier 2015 de funeste mémoire, c’est Soko qui est revenue nous faire coucou. Soko, la it-girl zarrebi, bisexuelle et végétalienne, née à Bordeaux mais qui pourrait tout aussi bien venir d’une capsule oubliée par les cartels de Titan ; celle qui se dit « agoraphobe, ultra-solitaire, hyperactive, dyslexique » ; celle qui se définit comme potentiellement une enfant indigo. Soko l’agaçante, mais aussi plutôt douée. Oui, avec un tel pedigree, pas de doute possible, c’est bien elle.

Avec ce premier single (« le morceau le plus lesbien de l’album », d’après l’intéressée), Soko ne vient pas frapper à la porte d’un sempiternel revival folkeux au feu de bois. Elle lâche les chevaux. La tendance serait plus à du Blondie (et pas que pour son nouveau casque blond, plutôt pour l’influence « One Way or Another »), du Cure (la démo de « I’m Cold »). De la power-pop vitaminée servie tambour battant (et guitares surf saillantes) par une voix androgyne qui vient épouser d’une troublante manière les inflexions de Rocky Tinder (le chanteur de Wampire), avec quelques pointes de Russell Mael (le vocaliste de Sparks).

En tout cas, voilà une proue post-punk platine qui remplit à merveille son office, celle de donner l’envie d’aller voir ce qu’il en sera du navire une fois mis à flots (attendre mars 2015). Surtout qu’on annonce parmi l’équipage la présence d’Ariel Pink[2], celui-là même qui nous a ravi les cages à miels en 2014. Miam.

Autant dire que ce single difficilement parable est une des premières vraies bonnes nouvelles de 2015. En espérant qu’il y en aura plein d’autres, musicales ou non. Parce que, vu le tsunami de merde qui a inauguré cette année, ce n’est pas dit que Marty McFly ne remette finalement sa visite à 2016 ; et ce sera le cadet de nos soucis et pourtant on s’accrochera à cette référence filmique, à l’idée de cette visite imaginaire juste parce que c’est marrant. Parce que le superflu a toujours été indispensable. La blessure cicatrisera, le goût de cendre dans la bouche passera, mais il faudra du temps. En tout cas, nous voilà investis. Et il faudra, sans haine ni démagogie, se montrer digne de ce pour quoi ils ont vécu et de ce pour quoi ils sont morts : le droit d’être critique, vif, acide. Le droit de croquer les ridicules du monde. Le droit d’écrire librement. Et de s’en amuser.

Bordel, j’avais promis de ne parler que de musique. My Dreams Dictate my Reality ? Ah, si seulement …

________________________

[1] Rubrique « on se console comme on peut » : le dessinateur et musicien Luz, qui signait la Une de Charlie Hebdo en ce mercredi tragique, n’est pas parmi les victimes. L’occasion (sinistre) de vous recommander son mordant J’aime pas la chanson française, petit festival de piques acérées adressées à Delerm, Benabar, Biolay et consorts.
[2] Soko a d’ailleurs assuré des chœurs sur l’acclamé dernier album d’Ariel Pink, Pom Pom.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s