SEX PISTOLS – No One Is Innocent (ft. Ronald BIGGS) (1978)

Ca faisait un petit moment qu’on n’avait pas parlé rock qui vrombit, qui tache, qui envoie du bois par stères entières. Et qui mieux que Sex Pistols pour marquer ce retour de l’obscénité et de la fureur, des peaux de caisse claire éclatée sous le matraquage du batteux, de guitares abrasives comme les gravillons sur lesquels vous vous êtes viandé en VTT ? Hum ? Qui ? Surtout que le morceau proposé est un peu spécial …

Ca tient à l’identité du chanteur. Qui dit Sex Pistols induit, invariablement, Johnny Rotten au micro. Eh bien là, non, raté. En lieu et place de Jeannot le Pourri (qui vient de quitter le groupe ulcéré par les diktats de Malcolm McLaren), c’est le chanteur le plus improbable qui soit qui est promu éructeur punk en chef. Ronald Biggs. Si vous ne le connaissez pas (ce qui est sans doute le cas), petit topo sur ce Ronald qui n’a rien d’un clown McDo.

Ronald Biggs est un bandit anglais célèbre pour avoir participé à l’attaque du train postal Glasgow-Londres[1] en 1963. Condamné à trente ans de prison, il s’échappe au bout de quinze mois et part pour la France, puis l’Australie et enfin le Brésil, où il demeure trente ans, protégé par les lois brésiliennes[2]. C’est pendant ce long exil carioca que Sex Pistols le cooptent au chant sur deux morceaux (« No One is Innocent » et « Bergen Was a Gaz ») ; ce voyage transatlantique scellant par ailleurs la fin du groupe punk. Biggs revient en Grande-Bretagne en 2001 (dans un jet affrété par The Sun !), est emprisonné pendant huit ans avant d’être libéré pour de graves problèmes de santé (il décède le 18 décembre 2013, à 84 ans).

Maintenant que vous êtes plus au fait du CV du bonhomme, vous en apprécierez d’autant mieux ce morceau. Certes, dépourvu du chant de Rotten et des qualités de compositeur de Matlock (congédié du groupe un peu plus tôt), il s’avère par endroits maladroit, le chant de Biggs y est pataud (malgré son entrain) et ce n’est franchement pas le titre plus transcendant de l’œuvre des Pistols, mais son pied-de-nez constitue a posteriori le meilleur des finals pour l’insurrectionnel boys band punk. No future, no one is innocent.

_____________________

[1] 2,6 m£ de butin (l’équivalent de 65 m€ actuels), aucun coup de feu tiré, aucune victime
[2] Pas de convention d’extradition réciproque avec la Grande-Bretagne et interdiction d’extrader le parent d’un enfant brésilien, ce qui a été le cas pour Biggs.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s