X-101 – Sonic Destroyer (1991)

Et soudain, dans les ultimes soubresauts de la Guerre Froide, déboula Underground Resistance. Le Public Enemy de la techno. Revendicatif, agressif, politique. Kraftwerk x Funkadelic x Malcolm X.

« Sonic Destroyer » ne prétend pas à l’éradication sauvage et systématique des hérissons bleus qui cavalent un booster au cul dans les jeux vidéo japonais. Heureusement, entend-je déjà souffler les geeks dans l’assistance. Il n’empêche : ces gars, c’est plus fort que toi. Le tabassage consciencieux des amplis est bien à l’ordre du jour. Et accompli au-delà du possible. Le drone X-101 n’a attendu aucun signal pour pilonner les danseurs du Tresor façon Guerre du Golfe.

The underground is on the ground. Et pas façon Velvet ; y’a plus de velours en stock. Le mode opératoire passerait plutôt par un pilonnage brut(al) et rugueux. Turbines vrombissantes, clairons acides martelés, claps mats pas compassionnel pour un sou, à peine contrastés par les entrechocs aqua-minéraux plus doux qui servent d’ équilibrage rythmique. En résumé, un mastodonte, une frappe chirurgicale, une attaque massive dans ta tronche. Et qui donne pourtant tellement envie de remuer, éperonnant les terminaisons nerveuses des orteils au cerveau. Nous voilà devenus enfants de Hamelin menés par un guide singulier, Mad Mike, sûrement pas flûtiste mais à coup sûr punisher. Détroit ? Touché.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s