Des pochettes de toute beauté (4)

Ca faisait un moment qu’on n’avait pas causé pochettes de disques par ici. Un passage à vide auquel remédie la présentation de ces cinq artworks d’une appréciable qualité esthétique.

  • DJ RAINBOW – Ejaculation (Cock Rock Disco, 2008)

Le pipi-caca-foutre au pays des arcs-en-ciel. Télétubby SM, bite souriante éjaculant du sperme multicolore, pâquerette lançant des éclairs. C’est un peu n’importe quoi. Visions LSD salaces. Plutôt marrant.

dj-rainbow_ejaculation

  • THE CURE – Pornography (Fiction Records, 1982)

Les silhouettes distordues s’assimilent aux flammes infernales et vous happent. Vous vous dissolvez dans une rythmique martiale et suffocante. Rouge, brun, violet, noir, voilà le dress code et la déco générale. Et rien à cirer que ça déplaise à Cristina Cordula et Valérie Damidot ; elles finiront dans un snuff movie lesbien diffusé en prime-time sur M6. Bienvenue en enfer, Robert Smith vous y attend.

The-Cure-Pornography-1982

  • SULTAN BATHERY – Sultan Bathery (Slovenly Recordings, 2014)

Cette pochette me fait penser à des dégoulinures psychédéliques résultant d’une colorisation sur un vieux film de Méliès, genre Le Voyage dans la Lune. Avec des punks-rockeurs spatiaux qui s’incrustent dans le casting, perché sur un Uluru improvisé, à coups de riffs saignant Air façon croisière all-inclusive dans la Mer Rouge (et pas celle de la Tranquillité).

sultan-bathery_sultan-bathery_2014

  • SUPERETS – 160 caractères pour te dire adieu (EP, Entreprise, 2014)

A la vue de cette pochette, je sais que tu as pensé à ton vieux Nokia 3310 du collège, celui qui résistait à tout, au temps, aux chutes, à la rouille, à la météo, aux premiers flirts par textos et aux parties de Snake. Un monolithe inoxydable, avec plus d’âme que n’importe quel connerie ultra-slim d’Apple. Un peu comme cette pochette : basique, concise et old-school mais impeccable, rien à redire.

superets-160-caracteres-pour-te-dire-adieu-2014

  • BIRTH OF JOY – Prisoner (Grand Palais Records, 2014)

Alfred Hitchcock aurait adoré cette pochette. A chacun d’y lire ce qu’il veut : soumission de l’humain esseulé face au maître corbeau géant qui menace de le dépiauter ; ou salut mutuel respectueux entre le bipède et le volatile démesuré, curieux de cette petite présence.

birth-of-joy_prisoner_2014

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s