ENERGY 52 – Cafe del Mar (KID PAUL Mix) (1993)

Un beau jour ou peut-être une nuit, près d’un lac, ou d’un café au bord de la mer, j’ai remarqué un bonbon aux couleurs étranges sur le coin d’une table, qui me souriait. Bien que je m’astreigne au principe du « ne mets pas tout ce qui passe à ta portée dans ta bouche », et ce depuis que j’ai mangé les trois derniers edelweiss hippophages d’Olympus Mons (qui m’ont nuitamment fait vomir tripes et boyaux sur la place du général Sarrail), je n’ai pu m’empêcher d’aller voir quel goût avait-il. Crouch ! Le voilà enfourné !

Les premières sensations n’ont guère tardées. D’abord celles d’une simple friandise acidulée, jaune translucide, faisant à peine frissonner les papilles. Puis sans trop comprendre comment je me suis mis à léviter. Mon sang devint numérique, plages et pulsations, coulant, tressautant, rythmant. Dans le ciel azur des stries chatoyantes sont apparues, zigzaguant entre les cumulus. Des bayadères évanescentes au corps de liane, déguisées en fées des glaces, dansèrent alors en cercle autour de moi, jouant une mélopée à l’ocarina cybernétique. Je tapais des mains en cadence tandis que mes jambes prises de convulsions mutaient en exosquelette chewing-gum.

Un seau KFC renversé sur la tête, j’aperçus au loin un gamin allemand qui jouait aux osselets avec une brassée de vinyles. Une pluie fine et vanillée obstrua mes tympans, qui réverbéraient des continents engloutis. L’océan turquoise, puis argent, puis rose, puis orange, puis outrenoir, sala des cascades de caramel que des pelotons de marmottes sous-payées enveloppèrent dans du papier d’alu apportés par des alcyons à triple tête sucrée. L’oxygène filtrait les constellations, qui nous faisaient des bracelets étincelants, et les mots avaient goût de framboise sous-marine. Les sens s’inversaient. Le sourire du chat du Cheshire barrait mon visage sur lequel brillait des cercles fluorescents. Une division par zéro m’anéantît.

Et le lendemain ne demeurait plus qu’un souvenir résiduel, un limon sonore, le mix de « Cafe del Mar » par Kid Paul. Non au Pastis 51, oui à l’Energy 52.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s