ANNIE – Heartbeat (2004)

Les popstars féminines actuelles sont une plaie. Bulldozers démoulant, gorge déployée, une pop-EDM formatée et déshumanisée ; le paysage effraie. Rihanna, Gaga, Perry, Britney, Beyoncé, Miley, toutes aussi zéro les unes que les autres. Pourtant, parfois, une ouverture miraculeuse se produit : « Toxic » et « I’m a Slave 4 U » de Britney ou le trio des premières deuxième-lame M.I.A/Santigold/Janelle Monae.

On peut en recenser une autre. Il y a dix ans, une Norvégienne au blaze France des sixties (Annie) lançait, aidé de compatriotes chouchous de l’intelligentsia culturelle (Röyksopp), une pulsation drôlement entêtante, avec cette ligne mélodique qui s’accélère et la déséquilibre divinement en son milieu. Un morceau érotique et naïf pour jeunes filles et mecs (qui veulent lever les filles) au cœur sensible ; une chanson qui redonnerait presqu’un peu de grâce aux boîtes de nuit, c’est dire.

On regrettera peut-être ce final en demi-teinte. Mais les fleurs aussi finissent par faner et les éclaircies par s’évanouir. Annie, de même, a disparu dans les limbes. Murdered on the dancefloor ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s