LOVE – Everybody’s Gotta Live (1974)

En 1974, il est déjà loin le temps du psychédélisme et du flower power ; cela fait quelques années que « the dream is over ». Le prog rock est au pouvoir, le glam-rock décline déjà après avoir atteint un succès monstrueux et les embryons du punk trépignent dans quelques caves et clubs new-yorkais.

Certains pourtant s’obstinent à faire demeurer l’esprit de la contre-culture 60’s, avec un wagon de retard : en France, le magazine Actuel, les luttes du Larzac, Maxime Le Forestier. Ainsi que, aux Etats-Unis, le groupe Love, auteur du beau Forever Changes en 1967, qui tire une dernière salve.

Enfin, Love, ce qu’il en reste. C’est-à-dire le seul Arthur Lee*, accompagné de musiciens de studio dégottés pour l’occasion, qui dégaine ce blues flower power fédérateur. Pas vraiment transcendant, ni très profond, mais une bonne chanson tout de même.

Après ça, on peut acter la fin de Love et sonner, quelques années après la fin réelle de la bataille, la retraite définitive de l’internationale hippie. « Everybody’s gonna die … ».

_________________

* Notez donc au passage que Axl Rose (avec Guns’n’Roses) et Billy Corgan (avec The Smashing Pumpkins) n’ont rien inventé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s