Florent MARCHET – Héliopolis (2014)

Les interviews de Florent Marchet à propos de son album Bambi Galaxy ont beau être passionnantes du fait de la richesse de son background thématique, il n’empêche que le résultat sonne quelque peu mollasson, bière sans alcool, désir d’envol sans carburant. Du Souchon branché mélangé à du Tellier de contrefaçon, avec une touche glam, mais passablement ennuyeux.

Un sursaut cependant sur cet « Héliopolis », électropop joliment foutue, dont le discours utop-hippie-iste, s’il ne nous incite peut-être pas jusqu’à nous dévêtir, donne quand même sacrément envie de « goûter la lumière » sur la plage, une légère dose de gaieté mystique en plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s