GRAVITE ZERO – No Futur (2003)

Je suis un fan du Klub des Loosers, des textes désespérés et remarquables tournés de Fuzati, de son phrasé atypique, de sa lucidité misanthrope et solitaire. L’album adolescent Vive la Vie est un de mes albums de chevet quand ça va mal ; il aura toujours une place à part et je ne crois pas exagérer en disant qu’il a contribué à me maintenir en vie* à une époque où dans ma tête c’était grisaille ininterrompue, en me servant de défouloir cathartique sonore à dose quotidienne.

Mais assez de confessions, je ne suis pas à l’église ou dans une émission de Sophie Davant ; ouf, heureusement. Je suis chez moi, devant mon ordi et je rédige ce billet. Bref, il serait temps que j’arrête les circonvolutions.

Un an avant Vive la Vie, Fuzati est au micro sur ce morceau de Gravité Zéro, groupe formé par James Delleck et Deufré Le Jouage, avec une grosse inspiration science-fiction. De la science-fiction, ce titre, vraiment ? Bah, oui mais non. C’est-à-dire ? Veuillez ne pas m’interrompre, alter-voix de moi-même, je m’en vais présentement vous l’expliquer.

Le langage est désincarné ; tout est réduit à sa forme, sans poésie, sans intériorité, sans suc. Une société automate, dont les individus s’échinent à demeurer, tant bien que mal, dans le circuit (imprimé). Mais si vous faites attention et décryptez le texte, vous verrez qu’on y cause de choses excessivement banales dans notre réalité : à la « boîte », au « cube », aux « soleils », aux « tours de cadran » et à la « cosmopole » répondent l’appartement, la télé, les journées, les heures, la ville. La liste des correspondances pourrait s’allonger longtemps.

En somme, la vie d’un caissier « dégénéré » ordinaire. Un caissier qui, s’il ne rêve pas encore de moutons électriques, ne saurait tarder à le faire …

Dédicace à tous les caissiers et les caissières (j’en connais, je leur envoie des bisous).

___________________

* Je mets aussi « Disparate Youth » de Santigold dans cette catégorie, dans une polarité inverse, injonction combattante et positive. « Ooooh-ah, oh-ah, our lives worth fighting for … »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s