Taxi Girl chez Dechavanne

Y a-t-il eu prestation télévisée d’un groupe plus déconnectée du cadre qui l’héberge ? Pas sûr. En 1986, sur la Croisette, les trois survivants de Taxi Girl (Daniel Darc, Mirwais Stass et Patrick Lemongne) déploient, sur un play-back imposé (et grillé à des dizaines de kilomètres !), leur synthpop à l’attitude résolument punk et destroy ; ici, l’excellent single « Aussi Belle qu’une Balle ».

Daniel Darc, en particulier, détonne, fringué d’obscur (T-shirt sans manches, pantalon et lunettes) et rescapé de la noirceur, sans chaussures et mal rasé (il saigne), tout en gesticulations disloquées (« Il serait délicat de ne pas tomber »). Il ressemble à un zombie. Son visage hâve et émacié, ses valises violacées sous ses yeux dingues, son rictus sardonique : tout est incongru et fout-la-trouille dans ce contexte d’optimisme obligatoire, celui des vacanciers en famille et des yuppies ambitieux œuvrant pour leur place au soleil. Le malaise est palpable. Dans la moiteur, un froid.

Sur un écran géant, une goutte de sang … Cherchez le garçon. Trouver son nom ? Je me souviens, je me rappelle : il s’appelle Daniel Darc (1959-2013).

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s