JOY DIVISION – Love Will Tear us Apart (1980)

La Saint-Valentin (ou la Sans-Valentin, si vous jouez la vie en mode one-player), c’est dans dix jours. Du coup, Du Bruit Qui Pense se met au parfum et, jusqu’au 14 février (qui sera aussi le dixième anniv’ de la mort de Pantani et le jour des Victoires de la Musique), vous fera reprendre des morceaux, morceaux de choix bien sûr, sur l’amour qui foire, les relations qui se cassent la gueule, le désamour, la déshérence, bref, des trucs bien jouasses !

On commence cette série avec un classique absolu, LA chanson ultime de l’amour sans issue. L’amour nous séparera, encore. Il y a tout dans ces trois minutes : la mélodie pop implacable (l’intro à la guitare, relayée par les accords au clavier et la rythmique de la batterie), la légitimité (post-)punk, la fatalité, la noirceur désabusée (ah ! la voix de baryton de Ian Curtis), l’aura mythique. Pas sûr que quelqu’un, un jour, fasse mieux ; pas sûr non plus, vu comment a fini Curtis, que quelqu’un vienne s’aventurer dans les abîmes d’angoisse qui ont entouré la genèse de ce hymne sombre et essentiel.

mariage-ian-curtis

Ian Curtis a dû avoir un enterrement de vie de garçon décevant pour vouloir le refaire même pas cinq ans plus tard …

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s