Top 11 des chansons sur le football

Non, la contribution de la musique au foot ne se limite pas à violer la musique des White Stripes en beuglant « Poooo-polop-popopoooo-Po » les soirs de victoires arrosées ou à promouvoir en mondovision des merdes latinos comme hymnes des différentes Coupes du Monde. Et la contribution du football à la musique ne se restreint pas à Jacques Monty et « Qui c’est les plus forts ? Evidemment c’est les Verts » (ça y est, je suis sûr que vous avez l’air dans la tête ; merci qui ?). Heureusement que non. Equipe-type des meilleurs morceaux combinant ballon rond et son de bon ton.

1er : MANO NEGRA – Santa Maradona (Casa Babylon, 1994, Virgin)

Le single figure de proue de l’ultime album de la Mano Negra retranscrit l’incandescente ferveur des tribunes ultras, banderoles, chants et fumis. A écouter en lisant Génération Supporter (de Philippe Broussard), si vous l’avez sous la main. Vingt ans après cette chanson, Maradona est passé à deux doigts, non, à une demi-phalange de la mort et a poursuivi son existence romanesque ; Mano Negra s’est dissous (dès 1995) et Manu Chao a troqué le rock contre un folk-world altermondialiste, se muant en une sorte de Springsteen hispanophone formule pétard et guitare sèche. On préférera Maradona, de loin.

2e : THE FALL – Theme from Sparta FC (The Real New Fall LP (Formerly Country on the Click), 2003, Action Records)

Un titre de l’autre combo post-punk made in Manchester (le premier ayant été suspendu, au sens littéral du terme …) qui fleure bon le football british ante-Premier League, celui du kick’n’rush, de la ferveur prolo dans les tribunes debout, des hymnes de Kop aromatisés au houblon et des bagarres. Entre 300 et The Damned United, gageons que Damon Albarn, supporter des Blues, appréciera la menace adressée aux boys de Chelsea dans cette Sparta Arty Party : « Come on have a bet / We live on blood / We are Sparta F.C ! »

3e : NONƧTOP – Arbitre Enculé (J’ai Rien Compris mais Je Suis d’Accord, 2009, autoproduction)

Sur cette minute trente, le rappeur toulousain génial et iconoclaste Frédo Roman plonge narre les affres d’un match frappadingue, vraiment fou ; cette fois le terme n’est pas galvaudé comme il l’est parfois par certains commentateurs de balle-au-pied. On songe au football dystopique de Hors-Jeu, le roman graphique d’Enki Bilal et Patrick Cauvin, mais passé à la moulinette surréaliste. Goal avec un gilet pare-balles, arbitre faisant le moon-walk, remplaçants brûlant le banc … Le poids des images, le choc du carnage. Un zéro balle au centre.

4e : CÂLIN – Le Foot C’est le Pied (Black Chinese II, 2011, Amicale Underground)

Que passent leur chemin ceux qui sont allergiques aux synthés fluos baveux, aux voix aigues typées hard-rock 80’s et aux power chords putassières comme à chaque abribus des boulevards passée une heure du mat’. Câlin reprend la recette du Justice d’Audio Video Disco (à savoir faire son (bon) miel de la laideur kitsch rock des années 80), appuie pied au plancher sur le champi (les champis ?) et en avant pour trois minutes et demie entraînantes à souhait, qui feront grincer des dents aussi bien aux apôtres du bon goût qu’aux machos-beaufs fans de foot-sur-canapé !

5e : THE LILLIES – And David Seaman Won’t Be Very Happy About That (single, 1991)

Un titre unique. The Lillies est un supergroupe éphémère formé par des musiciens de Moose, Lush et Cocteau Twins ; ce morceau, sorti uniquement sur flexidisque par le fanzine The Spur après la victoire en Coupe d’Angleterre de Tottenham face aux ennemis jurés d’Arsenal, est le seul qu’ils aient produit. Cette jolie complainte atmosphérique louvoyant entre indie-rock et dreampop peut être considérée comme l’évocation la plus gracieuse de ce « sport de bourrins ». Tottenham n’a plus jamais gagné la Cup depuis, et David Seaman doit être très heureux de cela.

6e : PINK FLOYD – Fearless (Echoes, 1971, Harvest)

Alors, OK, cette chanson ne parle pas spécialement de foot, mais la présence insolite des chœurs du Kop de Liverpool, entonnant l’hymne du club « You’ll Never Walk Alone », en conclusion de ce morceau pop-folk tout à fait appréciable, lui permettent tout de même d’y figurer, et en bonne place.

7e : JUSTIN(E) – Jean-Claude Suaudeau (Accident n°7, 2009, Guérilla Asso)

Un morceau de punk-rock à la gloire de Jean-Claude Suaudeau, j’y aurais pas cru avant de l’entendre, c’lui-là ! Un chouette morceau, efficace, avec une petite référence au plus beau but de l’histoire du championnat  de France, celui inscrit par Patrice Loko contre le PSG en 1995 (allez voir si vous ne me croyez pas). Ce serait sympa qu’ils le passent à la Beaujoire, avant les matches ; vu qu’en plus, les supporters sont grognons envers la musique qui passe à ce moment-là …*

8e : MIOSSEC – Evoluer en 3e division (Boire, 1995, PIAS)

La poésie des poivrots, la voix râpeuse de Miossec, j’y suis peu sensible. Mais pour raconter (fort bien d’ailleurs) la déveine sportive et sentimentale de cet « arrière droit assez brutal […] qui sent la bière et l’animal, les tacles et la mauvaise foi », ça sied parfaitement. D’autant qu’en année chère aux chiraquiens, Brest, ville natale et club de cœur de Miossec, évoluait justement en National 1, la troisième division, aux côtés de Fécamp, Thouars ou Haguenau. Le portrait du football d’en bas, en somme.

9: GRAND POPO FOOTBALL CLUB – Les Hommes C’est Pas Des Mecs Bien (ft. Aurore MOLIERE) (Shampoo Victims, 2000, Pschent)

Ici aussi, le lien avec le football est ténu ; seulement peut-on relever une citation du sport-roi au début des paroles et, bien évidemment, le nom du groupe, inspiré des appellations des clubs sportifs (Grand Popo étant, pour sa part, une ville du Bénin). Les très branchés Ariel Wizman et Nicolas Errera bullent un funk dérisoire, presque fait à la bouche, sur lequel Aurore Molière susurre son constat vis-à-vis de la gent masculine, dont elle énumère les défauts et pointe l’inadéquation avec un idéal fantasmatique sous-entendu. Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur ce morceau et le clip qui l’accompagne, mais pas cette fois, parce que ce n’est pas le lieu et que si je viens de passer mon agrégation en procrastination option flemmardise aiguë c’n’est pas pour la laisser dans ma poche de blouson … Un autre jour (en France, des prières pour l’audience ?), peut-être.

10e : Philippe KATERINE & Helena NOGUEIRA – Euro 04 (single, 2004)

Restons dans l’incompréhension homme-femme, avec ce duo offert avec un hors-série So Foot/Les Inrockuptibles. Où il s’avère que, entre deux noms de joueurs et trois gimmicks tapageurs comme ceux des pires émissions télé des années 80-90, les femmes n’entendent rien au foot (hormis Zidane) et que les hommes sont relous à toujours rabâcher avec ce sport. Constat d’échec. Echec d’autant plus patent qu’au final, les deux se gourent : ni la France ni le Portugal ne gagneront cet Euro 2004, toutes deux battues par le véritable vainqueur final, l’inattendue Grèce.

11e : NEW ORDER – Touched by the Hand of God (single, 1987, Factory)

On en revient à Maradona avec le dernier titulaire de cette équipe-type. Un an et demi après qu’il ait crucifié l’Angleterre d’un doublé faustien (un but en smash de volleyeur puis un slalom géant sur la moitié du terrain), New Order lui rend un hommage implicite. Dans cette chanson électro-pop à la thématique classique (le transport amoureux, toussa) et au clip se foutant ouvertement de la gueule des métalleux permanentés à la Bon Jovi, la bande à Sumner reprend en effet à son compte la célèbre formule de l’Argentin désignant sa tricherie flagrante : « [le but a été marqué] ,un peu par la tête de Maradona, un peu par la main de Dieu ». Pas rancuniers ces Anglais-là. Je dirais même fair-play. Allez, j’appuie sur replay.

____________________________

* http://www.20minutes.fr/sport/football/1236363-20131014-ligue-1-musique-discorde-fc-nantes

Publicités

12 commentaires

    • J’aurais pu le mettre si je n’avais pris en compte que la seule composante « football » mais musicalement Mickey 3D, je n’aime pas trop ça. Et j’ai privilégié la musique ; ce n’est pas parce qu’une chanson parle de foot que je vais automatiquement l’apprécier (j’ai vu que sur Twitter, une personne réclamait aussi « Il n’y aura pas de match retour », de Rémy Tarrier, que je ne connaissais pas ; c’est digne de Bide & Musique, donc pas du tout la ligne de ce que je partage sur le blog). Ici, je n’ai mis que des chansons que j’apprécie et que j’écoute.
      En tout cas, merci à toi d’avoir commenter et à bientôt, j’espère, ici même.

      • J’admets la critique quand elle est un minimum construite. Là, tu me dis que j’ai sorti une « ânerie » mais sans me dire où ma bêtise se situe dans mes propos ; quitte à me critiquer, j’aimerais que tu m’instruises de tes lumières sur le bonhomme, celui qui a fait un duo avec Bernard Tapie, celui qui se fait condamner pour fraude fiscale, celui qui soutient Chirac et Sarkozy, celui qui se présente comme un rappeur-variète nonchalant et un lover tendance gros lourd.
        Quant au morceau de Nogueira que tu me reproches d’avoir inséré dans le top, j’ai plus considéré Philippe Katerine, personnalité iconoclaste dans la pop française (tantôt original quand c’est réussi, grotesque quand c’est raté), que Helena Noguerra, laquelle m’indiffère.
        Mais tu as raison, passons (puisque tout passe). Je ne me retournerai pas, adieu.

    • Pink Floyd est un de mes groupes favoris, surtout la période allant de « Meddle » à « Animals » inclus ; aussi il m’a paru judicieux de les glisser dans ce Top puisqu’ils pouvaient y prétendre (pas trop haut quand même, vu que d’autres ont fait mieux qu’eux en chansons footeuses).
      Merci de ta visite, de ton commentaire, et j’espère que d’autres articles te satisferont sur ce blog. 🙂

    • Je suis allé voir, y’a même une troisième chanson d’Amy MacDonald qui collerait au thème : « Footballer’s Wife ». Cependant, je me garde et me garderais bien de les ajouter à mon top ; Amy MacDonald, je mets ça dans le même sac que Suzanne Vega ou Lady Antebellum : du soft-rock/country-pop bien calibré pour les radios middle-of-the-road, tout lisse et très emmerdant sur les bords (ainsi qu’au milieu (de terrain ?)). Pas du tout ce que l’Ecosse a produit de mieux …

    • Merci beaucoup du compliment. J’avais parcouru ta sélection lors de mes prospections pour ce Top 10 ; c’est grâce à toi que j’ai découvert la chanson sur Suaudeau de Justin(e). 🙂
      Je prépare un Top 10 sur les chansons évoquant le cyclisme/le vélo, et la problématique est la même : maintenir un niveau musical qualitatif en même temps que prêter attention aux références et aux thèmes du top. Mais c’est bon, j’ai ma sélection ; reste juste à écrire les petits textes d’accompagnement. J’espère que tu passeras faire un tour ici à cette occasion. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s